Les régions viticoles se préparent à une nouvelle loi sur le vin

Les louanges viennent de la Nahe, la critique de la Moselle – les présidents des associations viticoles ont mis des accents différents dans la refonte de la loi sur le vin. À l’avenir, il sera plus facile pour les consommateurs d’identifier les niveaux de qualité. Par dpa
Mayence (dpa/lrs) – En regardant l’étiquette de vin, les consommateurs devraient immédiatement reconnaître à l’avenir: plus l’indication d’origine est étroite, plus la qualité est élevée. Ce principe est suivi par la refonte du droit du vin du ministère fédéral de l’Agriculture par Julia Klöckner (CDU), qui a grandi près de la région avec la viticulture. Le président de l’association viticole locale, Thomas Höfer, est satisfait du projet de porte-parole de la loi, qui a été présenté après de longues délibérations: « Le cadre est fixé, dans l’ensemble, vous pouvez vivre avec elle. »

La nouvelle loi sur le vin, qui devrait être adoptée d’ici la fin de l’année, est conforme aux dispositions en vigueur dans l’UE depuis 2012. Cela inclut la distinction entre les appellations d’origine protégées (AOP) – c’est-à-dire, par exemple, la combinaison d’un nom de lieu avec la désignation d’un vignoble – et les indications géographiques protégées (AOP) – qui peuvent être le nom d’une zone de culture comme la Sarre.

De nombreux établissements vinicoles ont déjà pris en charge les niveaux de qualité du vin de tripes, du vin local et de lagenwein, que l’Association des établissements vinicoles allemands de predicat (VDP) a développés depuis 2002. Les bons vins sont la carte de visite de base d’une cave, les vins peuvent provenir de raisins de différents vignobles. Les vins locaux proviennent des vignobles d’un certain endroit. Lagenweine se caractérisent par le caractère d’un seul vignoble – ici le VDP distingue les premières couches (Premier Cru) et la Grande Lagen (Grand Cru) avec leurs meilleurs vins des Grandes Plantes, basés sur des noms en Bourgogne.

La nouvelle loi sur le vin est un compromis pour l’ensemble de l’industrie vinicole, déclare Hilke Nagel, directrice générale de VDP. « Ce n’est pas idéal à tous égards, mais nous pensons que nous pouvons bien y faire face. »

Le changement de la loi crée des conditions uniformes pour le profilage souhaité de petites unités géographiques avec les niveaux de qualité de gutswe, vin local, vin en couches, selon la note explicative de l’orateur projet. « e profilage intrarégional devrait être réservé exclusivement aux produits de premier plan du niveau supérieur de la pyramide d’origine, c’est-à-dire les vins dont la désignation d’origine est protégée » Le projet d’orateur dont nous sommes saisis est équilibré et tient compte des différents intérêts, explique le ministre Klöckner. Il s’appuyait sur un large accord avec les principales associations.

À l’avenir, les vins qui ressemblent à une seule couche, mais qui sont produits à partir de raisins issus de vignobles très différents, ne seront plus possibles. Par exemple, le vin de Moselle « Piesporter Michelsberg » provient de 37 lieux individuels dans neuf communes différentes. Dans le cas des vins de si grands endroits, le nom du lieu ne devrait plus apparaître à l’avenir. Au lieu de cela, les dispositions de la nouvelle ordonnance sur le vin, qui complète la Loi sur le vin, précisent qu’il s’agit de vins provenant d’une région plus large ou d’une région.

Walter Clüsserath, président de l’association viticole de La Moselle, en est un point de vue critique : « Si nous ne pouvons plus écrire Piesporter Michelsberg, mais seulement « La région de Michelsberg », les clients à l’étranger diront que ce n’est plus leur produit bien connu. »

Compte tenu de la forte part des exportations de vins de La Moselle, Clüsserath craint : « Nous pouvons prendre quelque chose de notre Moselle. » Le « Zeller Schwarze Katz » et le « Kröver Nacktarsch » sont également des marques établies. « Ce ne sera plus possible à l’avenir, donc « zone » doit être en face de lui. » Clüsserath voit encore des questions de détail sans réponse et craint qu’il y ait un temps d’incertitude pour de nombreux vignerons. « Même la Loi sur le vin de 1971 n’est pas encore comprise, et c’était il y a 50 ans. »

Dans la plus grande région viticole allemande, Rheinhessen, le président de l’association viticole Ingo Steitz voit positivement le nouveau règlement. « Nous nous félicitons du fait que nous obtenons maintenant des exigences uniformes au niveau fédéral pour les vins en couches. » La question des situations à grande échelle n’est pas si problématique pour Rheinhessen. Il est tout à fait logique de distinguer, par exemple, un vin local fait de Nierstein d’un vin du futur « région de Nierstein ». « ans l’ensemble, nous sommes satisfaits de la conception. C’est un début qui peut ensuite être élargi dans la pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *